Au cœur du Volcan, le Nil soufi

13-18-42

Ce 17 avril, au Volcan, le spectacle ne se terminait pas seulement avec les applaudissements du public. L’écho des chants soufis et le rythme des instruments résonnaient encore en nous, hors de la salle et même plus tard, dans la rue, comme un dernier témoin d’un moment singulier.
Un peu plus d’une heure auparavant, les images filmées des préparatifs nocturnes d’une fête villageoise en Haute Egypte, étaient projetées derrière un voile au fond de la scène. Sous la lumière d’ampoules colorées, on y discernait une circulation de silhouettes qui semblaient participer aux derniers arrangements des réjouissances, cela accompagné du léger brouhaha des voix, se mêlant ainsi à la présence sur le plateau, en demi-cercle, des musiciens, chanteurs et danseurs assis sur des tapis, dans l’attente du moment où la cérémonie commencerait.

Et la cérémonie a commencé. C’est le chant de Sheik Hamed Ahmad qui a immédiatement entraîné les spectateurs dans un mouvement infini, sorte d’oscillation qui semblait vouloir abolir le temps. A la voix incantatoire du soliste, à laquelle répondaient les autres chanteurs, se mêlait la simple douceur de la flûte, suivie de tout l’ensemble des instruments. Parfois en une sorte d’emballement, la musique – luths, tambours et tambourins – et le chant, s’entraînaient l’une et l’autre dans une circulation virtuelle, occupant tout l’espace de notre écoute, comme en un éternel recommencement.
Mais le rythme était également visuel : les danseurs, quatre hommes, vêtus simplement de robes de laine blanche et d’un turban, silhouettes corpulentes presque massives, droites comme des colonnes face au public, balançaient d’abord lentement les bras d’un côté et de l’autre, la tête se mouvant de droite et de gauche, le corps fléchissant progressivement, avant que leur élan, rythmé par les voix et la musique, devienne de plus en plus rapide et quasi hypnotique. Cela, sans que presque jamais leurs pieds nus ne se déplacent, sauf quand changeant de gestuelle, les quatre hommes sautant sur place et retombant lourdement sur le sol, rythmaient la musique au même titre que les tambours.
Ce que nous avons vu et entendu sur la scène du Volcan, était l’expression de fêtes qui se déroulent aujourd’hui dans le delta du Nil où se manifeste la piété populaire. Du soufisme, bien sûr, il n’était pas question d’atteindre l’essence, mais dans ce spectacle, quelque chose d’une tradition parvenait insensiblement jusqu’à nous, et laissait entrevoir l’aspiration à une élévation mystique.

Au cœur du Nil soufi, avec :
Les chanteurs Sheikh Hamed Ahmad, Sheikh Ramadan Abdelnabi, Sheikh Ahmed Abdelnabi.
Les musiciens: Ahmed Abdel Nabby, Ahmed Abdou Abdalla Madany, Aboubakr Migally, Alaa Abdelnabi, Elhamy Migally.
Les danseurs : Mahdy Hassan, Ahmed Shawar, Hamdy Desouky, Ashraf Abdelnabbi.

A propos de l'auteur

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Cette association absorbera les deux structures régionales du livre normandes, l’ARL et le CRL, et constituera la nouvelle agence normande du livre.  Normandie Livre & Lecture est la nouvelle agence de coopération des métiers du livre en Normandie, à compter du 1er janvier 2018. L’association Normandie Livre & Lecture a pour objectif de promouvoir le
Viva Culture ! sur Ouest Track Radio.  La Rubrique des spectateurs, une année de radio à podcaster…
2017 14 mai 2017, Dick Anegarn au Tetris, un concert qui twiste ! 28 mai, Olivier Saladin et l’art populaire, 6ème Grande Conversation MCH. 11 juin, Sonia Anton raconte Le Havre, Le Galet et la crevette. 25 juin, la fête de la musique et les festivals d’été. 9 juillet, Lire à la plage à Yport avec
LES ENTRETIENS DE VIVACULTURE sur OUEST TRACK. COM : écoutez les en podcast !
11 MARS l’artiste plasticienne Claire Lise Chobelet 25 MARS  Hélène Emery, Théâtre du Passage à Fécamp 8 AVRIL l’artiste Hélène Delprat au Musée des Beaux Arts de Caen 22 AVRIL la médiation entre artistes et publics Martine Sabatier du Transfo 6 MAI Samir de la bouquinerie, café littéraire Les Yeux d’Elsa 20 MAI le peintre
Retour à Reims
Retour à Reims.   Didier Eribon a écrit « Retour à Reims » en 2009. C’est à la fois un récit très personnel et une analyse politique et sociologique.  Il raconte dans ce livre son retour dans sa ville natale après des années de rupture et d’exil, retour qu’il n’a pu envisager qu’après la mort de son
Corto Maltese – 50e anniversaire – 10mn chronique- sur Ouest Track radio, dans Viva Culture, une émission de la MCH. 
Nous célébrons en ce moment, le 50eme anniversaire de Corto Maltese, le héros de la bande dessinée de Hugo Pratt. C’est à Lyon que l’on pourra voir l’exposition Hugo Pratt, lignes d’horizon, jusqu’au 24 mars 2019, au Musée des Confluences. Une très belle scénographie nous emmène à travers le monde, là où Hugo Pratt a emmagasiné
Commémorer la traite, l’esclavage et leurs abolitions
Le 10 mai est la “journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition” depuis 2006. La France est le premier État et demeure le seul qui, à ce jour, ait déclaré la traite négrière et l’esclavage “crime contre l’humanité“. Elle est également le seul État à avoir décrété une journée

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...