Principal élément de cette saison 13/14 : notre association revendique le titre de « maison de la culture symbolique».

Notre site et nos actions permettent l’expression, la mobilisation et l’intelligence collective de spectateurs actifs autour de valeurs et d’idées de « démocratie culturelle » mises en œuvre dès 1961.

A notre façon, dans une société profondément en crise, nous nous reportons à A. Malraux. « Tout ce que nous défendons, ce n’est pas d’avoir des tableaux ou des chansons agréables ou pas agréables, c’est la métamorphose la plus profonde de l’être humain qui finit toujours par faire des martyrs avec des bourreaux (….) Discours d’Amiens.

La dimension de notre association est politique en ceci qu’elle valorise la culture et la spiritualité et juge que la primauté des valeurs purement économiques et individualistes nous mène à une impasse.

Je retiendrai deux faits marquants de la saison nous confortant dans nos objectifs : les résultats des élections européennes et le mouvement des intermittents du spectacle.

Aux élections européennes, le succès du vote FN en a frappé et démoralisé plus d’un. Nous n’allons pas raconter que le peuple est composé de fascistes ou d’idiots…et donner des leçons de morale !

Nous retenons cependant une fois de plus que l’inégalité spatiale, sociale et culturelle favorise les peurs et les crispations identitaires.

Les 110 000 intermittents du spectacle constituent une main d’œuvre qualifiée, et… «hyperflexible». Leur statut spécifique appelle une compensation spécifique. Que veulent ceux qui la leur refusent ? La diminution brutale de leur nombre, ou leur transformation en « artistes maudits » ? La chute de l’offre culturelle ? Nous le refusons ! On pourrait parler économie : selon France créative « la culture et la création génèrent partout en France 1,2 million d’emplois et 74 milliards d’euros ». Mais parlons plutôt du rôle des artistes dans notre société. Car nous, nous attendons avec ferveur les spectacles vivants (plus de 150 000), les festivals (plus de 2000 dont un millier de musique), les films.

 

Finalement, ni la démocratie, ni le rêve européen ne sont donnés : ce sont des dynamiques. Posons-nous la question : que peuvent des spectateurs actifs dans une telle période de crise ? Et que signifie « être actifs » ? Il y a une chose que nous savons : l’importance de la culture dans l’épanouissement et la liberté d’un individu, la formation des citoyens, la construction d’une société.

 

Pour nous, l’origine de la crise est dans le manque de culture. Car même si le public s’est approprié le « geste culturel », et si chacun peut grâce aux outils numériques devenir acteur, le souhait d’André Malraux est toujours d’actualité : « Il s’agit de faire en sorte que chaque enfant de France puisse avoir droit aux tableaux, au théâtre, au cinéma, etc., tout comme il a droit à l’alphabet. »

Dans ce contexte, comment notre association a-t-elle travaillé lors de la saison 2013/2014 ? Ses actions ont été centrées sur le développement de la culture, l’élargissement de notre audience et la circulation de nos valeurs.

 

Au Volcan, nous avons participé en votre nom aux conseils d’administration et fait entendre votre voix, notamment nos inquiétudes à propos des délais de réouverture, du déménagement précoce, de l’absence d’une 2ème salle et de bureaux, du manque de salle de répétition, enfin des tarifs.

L’histoire de la Maison de la culture nous a semblé assez significative de l’histoire culturelle de la ville pour mener à bien 3 réalisations qui sont autant d’hommages aux artistes, aux professionnels et aux publics qui ont changé la vie culturelle havraise :

  1. 1. le livre de photographies de spectacles, 50 ans de création, 50 ans d’émotions pour lequel nous avons fait confiance à des artistes photographes de premier plan (octobre 2013) : 1500 livres ont été vendus en souscription ou non. L’avez-vous tous ? Il nous en reste quelques uns…
  2. 2. le livre d’histoire dont la finalisation se poursuit grâce aux universitaires MP Hervieu-Dhaille et Serge Reneau.
  3. 3. le film documentaire de Christian Clères et Laurent Mathieu « Le rêve d’une culture partagée, une aventure havraise» produit pour Fr3, et projeté au Sirius en collaboration avec Les Amis du Sirius : enfin l’histoire de la MCH est racontée, expliquée, et l’on comprend son importance et sa spécificité ! L’avez-vous vu ? La salle n’était pas pleine …

Nous avons approfondi notre rôle et nos missions sous le signe de la « circulation ». Vilar disait : « Dieu merci il y a encore certaines gens pour qui le théâtre est une nourriture aussi indispensable à la vie que le pain et le vin ». Nous nous reconnaissons dans cette affirmation, car notre slogan est « l’art comme l’air qu’on respire » ! Souvenez-vous du mot de Marcel Duchamp : « Courant d’air, courant d’art ! »

 

Circulation des informations : il nous est apparu que, si nous n’avons pas de lieu, nous avons des réseaux et la possibilité de réunir des gens et favoriser des échanges, nous avons un site et une page Facebook. Cet outil de communication se présente comme une « maison de la culture virtuelle ». Nous avons développé l’information culturelle pluridisciplinaire et relayé le plus largement possible, afin de multiplier leur audience, les présentations des manifestations artistiques du Havre et d’ailleurs, et pas uniquement du Volcan : tous les lieux culturels appellent notre attention ! Cette information numérique est doublée par la publication de nos semestriels. Les avez-vous consultés ?

Nous souhaitons renforcer nos liens avec les publics, notamment des jeunes qui peuvent devenir créateurs grâce au numérique, prendre des photos, réaliser des vidéos, sont musiciens ou DJ.

 

Circulation des expériences de spectateurs : les échanges, nous les avons consolidés grâce à notre Rubrique des spectateurs qui permet à nos adhérents de partager oralement et par écrit des émotions, des savoirs, des talents sur des spectacles, havrais ou non. Le groupe de blogueurs Seinechronique souhaite se rapprocher de nous. D’autres adhérents parmi vous pourraient nous rejoindre ! La prochaine rencontre a lieu le 17 septembre à 18h à L’air du thé rue Larue.

 

Circulation des idées : en organisant une Grande conversation annuelle sur les enjeux de la culture, notre projet est de rassembler artistes, professionnels et spectateurs autour d’un thème de réflexion. Cette année, nous avons collaboré avec le Satellite Brindeau, dont le festival de performances WhOOpee ! s’accordait bien avec notre thème « Les nouvelles scènes ».. Nous avons réuni un beau plateau et réfléchi avec simplicité et sérieux. Un bémol cependant, le choix de la date, trop tardive et déjà bien occupée. Je crois que peu d’adhérents ont pu venir, à notre grand regret…

 

Circulation des solidarités : nous avons poursuivi nos actions de soutien.

Nous avons participé avec profit à la conférence de Fazette Bordage invitée par l’association de médiation culturelle MARC dont nous sommes adhérents. Elle s’interrogeait cette année sur la « notion de public ». Elle nous a aidés à penser notre outil de communication, notre site, et à préparer notre 2ème Grande conversation

Nous avons organisé une sortie à Giverny, et des sorties à l’Opéra avec nos adhérents mais aussi avec des associations comme l’AREC, Femmes solidaires et Emmaüs (Le Vaisseau fantôme de Wagner). Pour l’instant nous sommes entre 5 et 13. « Automne en Normandie » nous a permis grâce à la carte complice d’obtenir des billets à tarif réduit pour nos adhérents.

Nous avons également collaboré avec l’association Résonances et le conservatoire du Havre dont le nouveau directeur est très ouvert, pour une lecture-concert autour des Femmes du 18ème siècle, avec Daniel Isoir et Christine Labourdette. La salle était pleine.

Pour marquer notre volonté que vive un cinéma d’art & essai dans notre agglomération nous continuons à soutenir les 3 grands acteurs qui soutiennent ce cinéma : les amis du Studio, les amis du Sirius, le festival du Grain à démoudre. Nous fréquentons également le festival de films documentaires de l’ISEL, cette année sur la musique.

Récemment, notre association Maison de la Culture du Havre a été contactée par  l’association culturelle KanTe e.V., de Magdeburg. (KanTe signifie Kultur auf neuem Terrain erleben, c’est-à-dire « vivre (ou découvrir) la culture sur un nouveau terrain »). Cette association organise le festival  «Upgrade» et son échange interculturel «UpDate» depuis dix ans à Magdebourg, du 2 au 9 juillet 2014.

Nous hébergeons sur notre site la réalisation de Chroniques 44 (juin-septembre 2014) en collaboration avec Georges Vérin (cinéma), le Théâtre de l’Impossible et Bernard Hébert (photos) : Le Havre dans la guerre, raconté par 7 personnages, inspiré de faits réels.

 

Finalement notre association se revendique comme l’expression de « voix libres ». Elle est curieuse de toutes formes de création, ouverte aux accents d’un monde pluriel, persuadée par son expérience que le brassage des cultures est bénéfique. Ne croyons pas que tout va mal, voyons où le monde va mieux et soyons attentifs à nos possibilités d’action.

Notre rôle s’est élargi en dehors du Volcan, il est de mobiliser les énergies, susciter le débat, tisser des liens. Car la culture est conditionnée par des réseaux de pouvoirs aveugles, des pratiques sociales inégalitaires et des replis identitaires. C’est pourtant elle qui pourrait nous armer dans une crise généralisée.

 

Pour notre association, le savoir est un bien collectif, l’art une nécessité. C’est pourquoi je vous demande d’inviter vos amis, vos relations, jeunes et moins jeunes, à nous aider à agir contre la crise de la culture. 

Isabelle Royer

Présidente

 

 

 

Ajouter un commentaire

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...