Après les attentats du 13/11/15, la force du théâtre….

Les mots de Thomas Jolly, avant la représentation de Henry VI de Shakespeare au Théâtre de Caen le 14 novembre 2015 :
« Mesdames, Messieurs, 
En cette journée noire et avant de passer le week-end ensemble, nous, équipes du théâtre de Caen et de La Piccola Familia, nous voulions vous adresser quelques mots – sûrement insuffisants face au drame que nous traversons mais dans lesquels peut-être nous trouverons un peu de consolation. 
Cette nuit, un stade, une salle de spectacle, des terrasses et des rues – lieux emblématiques de « l’être ensemble » au cæur de la cité – ont été attaqués, meurtris.
Nous pleurons nos semblables assemblés, fauchés au moment de leurs vies partagées. 
Nous nous sommes couchés hagards et le sommeil, s’il est enfin venu, déjà troublé par le chagrin et la sidération de ces actes abominables, portait l’obscurcissement des temps à venir. 
Au réveil, il fallait bien nous dire que ce cauchemar était advenu, que tous nous pleurions les mêmes larmes et que ces temps douloureux devaient être, encore une fois, et toujours plus que jamais, malgré tout, partagés ensemble et veillés par la flamme de l’intelligence, du discernement, et de notre foi en l’humanité, en nous, en l’autre. Sans confusion. Sans amalgames. Sans peur. Restons ensemble parce qu’on tient ensemble. Libres. Égaux. Fraternels.
Vous dire que nous sommes heureux d’être ici avec vous est mince : depuis cette nuit, nous avions besoin d’être avec vous. 
De ce besoin inhérent à notre nature de se rassembler dans la liesse comme, aujourd’hui, dans l’effroi. 
Voilà le bon endroit pour se rassembler – un théâtre. 
Le théâtre est un art. Le théâtre est un lieu. 
Le théâtre est ce lieu où les êtres humains æuvrent depuis 2500 ans pour réfléchir et se réfléchir dans le monde, avec le monde et par le monde. 
Le théâtre est cet art séculaire qui met en mouvement la pensée.
En cela il est un rempart, une arme précieuse car nous le savons, et nous le constatons, hélas, aujourd’hui encore : dès que la pensée est arrêtée, la violence survient. 
Alors nous prenons nos armes. 
La question n’était pas de savoir si nous jouerions aujourd’hui : notre volonté était de clamer que NOUS sommes tous vivants, au même endroit, en même temps… et depuis aujourd’hui vivant plus fort, riant plus fort, nous aimant plus fort.
Dans ces sombres temps, par l’éclat de nos présences et avec les mots de Shakespeare comme lanternes, nous voulions prouver que nous savons, nous voulons, et nous aimons vivre ensemble. Tous ensemble. 
Clamons que nous sommes debout, pour celles et ceux qui ne le sont plus aujourd’hui. Pour eux, pour elles, levons-nous et écoutons leur silence. 
Et prêtons l’oreille pour entendre, dans leur silence, les battements de nos vies partagées. »
 Thomas Jolly
Caen,
14.11.15
http://theatre.caen.fr/
 
http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/William_Shakespeare/144080
       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Jean Defrêne, adhérent de notre association, homme politique et militant associatif, est mort
Jean Defrêne,  maire honoraire de Rouelles, membre du Parti Socialiste puis du Parti radical de gauche au Havre, ancien maire de Rouelles et adjoint au
Mon cœur /Pauline Bureau, Cie La Part des Anges
Le Volcan, 1 mars 2017 « Sache que ce cœur exsangue Pourrait un jour s’arrêter… »(1) Il en fallait du travail et des idées pour aboutir à ce spectacle
Au pays de l’« exception culturelle française », de plus en plus de films se retrouvent presque mort-nés.
Lumière sur les salles obscures Les salles de cinéma en France ont connu une année faste en 2016. Pourtant, tous les exploitants n’y trouvent pas leur
Réduire la distance entre le danseur et le public : pourquoi ?
Plus question de rester assis au théâtre. Récemment, à Paris, on a partagé l’espace avec les danseurs de Para que o céu nao caia, chorégraphié
 « Billet d’humeur » J’ai connu ma plus forte émotion théâtrale grâce au Off en 1983  – dans une rue des Teinturiers d’avant la lourde prolifération des scènes,
Thelma recherche Louise désespérément…au Bastringue.
Le choix du titre fait référence à deux  film,  Thelma et Louise de  Ridley Scott (1991)et Recherche Suzanne désespérément de Suzanne Seidelman (1985). Les deux

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...