Apéro des spectateurs du 20 novembre 2018

Apéro des spectateurs, mardi 20 novembre 2018, au bar du Sonic avec Beaujolais et pop corn !

C’est un peu triste, Sylvette était toute seule à 17h pour visiter le CEM…alors la visite n’a pas eu lieu…A 18h, nous étions six, Agnès, Sylvette, Isabelle, Annie, Blandine et moi.

Côté théâtre, nous avons évoqué :

  • La reprise au Petit Théâtre mercredi 28 novembre à 20h30 par le Théâtre de l’impossible de leur pièce « Marcel Duchamp soigneur de gravité » qui vient de remporter la Tour d’or 2018 au 34ème festival national FESTHEA de Tours ainsi que, ce qui leur a fait très plaisir, le premier prix du jury Jeunes !
  • Au Volcan, « Le dictateur et le dictaphone », avec le comédien-marionnettiste Alexandre Haslé sur un texte de Daniel Keene. Sur scène, un dictateur fou ou peut-être quelqu’un qui se prend pour un dictateur et qui va mourir. Le décor est « défoncé », caisses en bois et barbelé, l’homme ressemble à un clochard, un SDF. Toutes les horreurs dont il parle sont symbolisées par des marionnettes. Bien qu’aucune indication dans le texte le permette, on pense à Hitler, à Mussolini, aux dictateurs sud-américains, à la Shoah…L’homme est mis à nu, ridiculisé, on entend de vrais discours de dictateurs enregistrés et on comprend que sa mégalomanie repose sur un vide existentiel total. Est-ce cela le message ? Apparemment pas un spectacle inoubliable mais Sylvette a été sensible à la beauté de certaines marionnettes et aussi à la fin. L’homme au moment de la mort n’est plus qu’un cri.
  • Au Volcan toujours, « Arctique » de Anne-Cécile Vandalem. Isabelle a trouvé la pièce beaucoup moins bien que celle intitulée « Tristesse », vue auparavant au Volcan. Un bateau sur le grand plateau et sur un petit écran les « coulisses » du bateau où est filmé ce qui se passe à l’arrière. Un sujet, l’Arctique. Une forme, le thriller politique à enjeu écologique. Globalement cela a paru « manquer de nerf », notamment dans la première partie. Trop long, trop lent, ennuyeux, pas facile à comprendre. Le dernier tiers sauve en partie la pièce, il est plus clair, plus précis, plus rythmé. Et…l’histoire finit mal…

Blandine a assisté à une conférence en lien avec le spectacle à l’Université Populaire, faite par une spécialiste du nord de la Russie et qui était très alarmante sur l’avenir de l’Arctique.

  • Agnès nous a parlé de « Lucrèce Borgia » donnée par la Comédie Française, texte de Victor Hugo, dont elle a vu une retransmission sur écran au Gaumont. Les thèmes sont sombres, inceste, morts, empoisonnements…Mais l’ensemble est magnifique, d’une plastique presque trop parfaite, peut-être un décor plus sobre laisserait-il davantage de place au texte ? Superbe performance des acteurs.

Côté cinéma :

  • « Rafiki » de Wanuri Kahiu sorti en septembre 2018, premier film kenyan présenté à Cannes, sous la catégorie « Un certain regard ». Je l’ai vu au cinéma de…Cayenne. Le film a été interdit au Kenya où l’homosexualité est prohibée et punie par la loi. Il raconte une très belle et très délicate histoire d’amour entre deux adolescentes, qui sera massacrée par la violence des réactions sociales et familiales.
  • « Girls », l’histoire de ce garçon qui se sait être fille et qui veut devenir danseuse. De la difficulté de ce thème « transgenre ».
  • Le très beau film polonais « Cold war » de Pawel Pawlikowski. Une belle esthétique du noir et blanc, une belle et triste histoire d’amour sur fond de guerre froide. Et la présence très forte de la musique…
  • « Le grand bain », qui semble faire l ’unanimité parmi celles qui l’ont vu : Triste et léger à la fois, avec de « vrais » hommes qui ne sont pas des héros, où les acteurs semblent être comme ils sont dans la vie, simples, authentiques, parfois médiocres mais très humains par là même. Il y a dans ce film quelque chose du lien et de l’humain qui touche. Et une vision du monde masculin qui nous console des Me too et autres Balance ton porc…
  • « Les chatouilles » d’ Andréa Bescond et Eric Metayer. Après le spectacle de danse qu’elle a créé sur le même sujet, Andréa Bescond joue là son propre rôle pour raconter non pas seulement les viols subis quand elle était enfant par un ami de ses parents, mais surtout sa résilience, son long chemin vers la parole qui se libère grâce à une thérapeute attentive, la réconciliation avec la petite fille qu’elle était. Et c’est au final un film plein de fantaisie, d’humour et de rage de vivre.

Du côté de la chanson : Blandine est allée écouter dans le hall du THV un concert de Thierry Chozelle et Lili Cross. Ils avaient chanté l’an dernier au THV, animé un atelier d’écriture à la médiathèque et des ateliers avec des enfants dans les Fabriques des quartiers. Cette année, en résidence au petit Théâtre, ils étaient donc dans le hall du THV pour un concert de chansons françaises d’une grande fraîcheur. Ils seront à l’Olympia en mai.  Ils ont réalisé un clip sur Le Havre avec Alexis Delahaye.

Du côté expo : Merci à Véronique Carliez qui m’a donné envie d’aller pousser la porte de L’Atrium à Caucriauville. J’ai adoré cette mise en valeur du travail réalisé par l’association des Cueilleurs d’histoires avec des habitants du quartier invités au Musée Malraux. Chacun d’entre eux a choisi un tableau et a expliqué pourquoi ce choix, chacun a mis des mots sur ce qu’il percevait de ce tableau, ce qu’il en recevait, en quoi il résonnait intimement en lui. Une parole juste, libre de tout jargon artistique, poétique et d’une très grande sensibilité. Des petits films accompagnent les panneaux. Cela dure trois semaines en tout, c’est ouvert du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h. Prenez le temps de cette exposition…

Du côté livres, Sylvette a été surprise par une signature à la Galerne de trois auteurs qui ont écrit sur Le Corbusier et qui l’ont « déboulonné »… Collabo, Cité radieuse pas si radieuse que ça…A voir ? Nous parlons un peu architecture de reconstruction et Blandine évoque une émission radio sur la ville de Royan qui a été détruite pendant la guerre et qui recèle apparemment des trésors d’architecture méconnus, comme par exemple sa cathédrale…

 N’oubliez pas le colloque sur les séries organisé par le Havre de cinéma, les 7 et 8 décembre. C’est un message d’Isabelle, grande fan de séries !

Et la chaîne chantante dans l’église d’Harfleur pendant le marché de Noël le dimanche 2 décembre tout l’après-midi. Plusieurs chorales s’y succéderont. Dont Tchaïka, la chorale russe ! C’est gratuit !

Prochain apéro ouvert à tous nos adhérents, le 20 décembre !

Véronique Garrigou

       

Ajouter un commentaire

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...