Analyse du pouvoir : « Le pouvoir est lié au corps du chef »

Dans le journal Le Monde

« Le pouvoir faisait peur, il fait rire. Il fascinait, il indiffère. Ce qui animait le politique, et faisait sa grandeur comme ses servitudes, semble être tombé en désuétude. Certes, tout n’a pas disparu : il existe des gouvernants, des partis, des élections, tout comme des lois, des décisions, des conflits. Mais l’ensemble se révèle affadi, dévitalisé.(…)

Georges Balandier dresse l’inventaire des causes de cet affaiblissement et en propose une analyse vive et lucide dans ­Recherche du politique perdu.(…) En fait, le pouvoir – ses symboles, ses enjeux, ses crises – est au centre de tous ses livres. Du coup, à 95 ans, la plume toujours vive et le regard aigu, ce grand observateur esquisse un diagnostic du marasme ambiant. Son axe : tout se joue autour de la force-pouvoir, de ses possibilités ou non d’incarnation.

Car le pouvoir est d’abord lié au corps du chef. Des sociétés traditionnelles aux monarchies européennes de l’Age classique, ce corps réel, organisme humain comme les autres, est habité d’un autre corps, mystique et symbolique, investi de la force du pouvoir, elle-même préservée ou renouvelée par un ensemble de rituels, de prescriptions et d’interdits.

Fragile démocratie

La Révolution et la République vont bouleverser ce schéma, remplacer le corps du « Suprême » par le fonctionnement des assemblées. Georges Balandier relit sous cet angle l’histoire de la France moderne et contemporaine, en montrant notamment comment la Ve République a réinvesti le corps du roi-président. (…) Au ­passage, Balandier épingle la faute de Hollande : son projet d’être un président « normal », plus encore qu’un contresens sur la fonction, lui interdit d’être le « passeur d’époques » que l’histoire exige.

Car le vrai nœud des questions se tient bien sûr dans l’enche­vêtrement des figures ancien­nes qui se délitent et des boulever­sements sans précédent que vit l’époque : mondialisation des échanges, financiarisation de l’économie, digitalisation des ­relations humaines. Sur cette théma­tique connue, Georges ­Balandier porte un regard original.(…)

Recherche du politique perdu, de Georges Balandier, Fayard, 124 p., 14 €.
Roger-Pol Droit
Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2015/05/21/figures-libres-pourquoi-le-politique-se-degrade_4637785_3260.html#JZ6jhrHaSIwoELus.99

Recherche

 

Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Journal MCH
Le journal de l'association...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...