A Caen, l’Iphigénie de Goethe le 10 novembre 2016.

Dans nos Bons plans (covoiturage possible) :

« Malheur à qui, loin de ses parents et de sa fratrie,/Mène une vie solitaire ! Le chagrin consume/Sur ses lèvres le bonheur présent. (…) Je ne querelle pas les dieux ; mais/La condition des femmes est pitoyable./A la maison comme à la guerre, c’est l’homme qui règne,/Et en terre étrangère il sait comment s’y prendre./A lui la joie de posséder, à lui la couronne de la victoire ! » Qu’il est beau, le chant de cette exilée venue d’un temps si ancien et qui, pourtant, parle à ce point au nôtre. Et quelle belle idée de ramener Iphigénie sur nos rivages, plus souvent fréquentés par ses sœurs terribles, inflexibles et souffrantes – les Médée, ­Antigone ou Electre. Souffrante et inflexible, pourtant, Iphigénie l’est, elle aussi. Mais avec une douceur inébranlable qui fait d’elle une figure unique dans la cohorte des héroïnes antiques.

L’héritière des Atrides est toute parole, et cette parole est chant, celui de la douleur de l’exil et de ­la malédiction

Voilà qui a séduit Jean-Pierre ­Vincent. Après le formidable succès de son En attendant Godot – deux ans de tournée partout en France –, le metteur en scène a choisi Iphigénie en Tauride pour ouvrir la saison du Théâtre ­national de Strasbourg, dont il fut le directeur en d’autres temps, de 1975 à 1983. Une Iphigénie un peu particulière, qui n’est pas celle, originelle, d’Euripide, mais celle de Goethe. Selon l’expression du metteur ­­en scène lui-même, c’est une ­ « Iphigénie des Lumières » qu’il magnifie ici, avec cette pièce écrite par le géant allemand entre 1778 et 1802, en deux versions, l’une en prose et l’autre en vers. Bernard Chartreux, l’indispensable alter ego de Jean-Pierre ­Vincent, signe, en compagnie d’Eberhard Spreng, une nouvelle traduction des deux textes (publiée à L’Arche éditeur), qu’il a habilement fondus en un seul pour offrir une version qui concilie la poésie et l’efficacité théâtrale.

(…)Toute la pièce – ou plutôt le poème dramatique – est ainsi dans le combat éternel des forces des ténèbres et de celles des lumières. Elle élève une statue à une femme, Iphigénie, qui lutte avec les armes de la parole contre le pouvoir masculin ­guerrier, quand il n’est pas barbare, ou fou.

goethe

 

Pensée et sentiment qui mènent, bien sûr, vers des rivages très actuels, où s’échouent des douleurs aussi tragiques que celles des héros antiques.(…)

Iphigénie en Tauride, de Goethe. Mise en scène : Jean-Pierre Vincent. Théâtre national de Strasbourg. Tél. : 03-88-24-88-00 Du mardi au samedi à 20 heures, jusqu’au 24 septembre, et dimanche 25 septembre à 16 heures. De 6 € à 28 €. Puis tournée à Lille, Marseille, Belfort, Caen, Genève (Suisse) et Paris au Théâtre de la Ville, du 23 novembre au 10 décembre. www.tns.fr

 Fabienne Darge (Strasbourg, envoyée spéciale)
  • Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/scenes/article/2016/09/16/jean-pierre-vincent-ramene-iphigenie-sur-nos-rivages_4999036_1654999.html#eSJJ76oxwIXVMuzv.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...