A Caen, l’Iphigénie de Goethe le 10 novembre 2016.

Dans nos Bons plans (covoiturage possible) :

« Malheur à qui, loin de ses parents et de sa fratrie,/Mène une vie solitaire ! Le chagrin consume/Sur ses lèvres le bonheur présent. (…) Je ne querelle pas les dieux ; mais/La condition des femmes est pitoyable./A la maison comme à la guerre, c’est l’homme qui règne,/Et en terre étrangère il sait comment s’y prendre./A lui la joie de posséder, à lui la couronne de la victoire ! » Qu’il est beau, le chant de cette exilée venue d’un temps si ancien et qui, pourtant, parle à ce point au nôtre. Et quelle belle idée de ramener Iphigénie sur nos rivages, plus souvent fréquentés par ses sœurs terribles, inflexibles et souffrantes – les Médée, ­Antigone ou Electre. Souffrante et inflexible, pourtant, Iphigénie l’est, elle aussi. Mais avec une douceur inébranlable qui fait d’elle une figure unique dans la cohorte des héroïnes antiques.

L’héritière des Atrides est toute parole, et cette parole est chant, celui de la douleur de l’exil et de ­la malédiction

Voilà qui a séduit Jean-Pierre ­Vincent. Après le formidable succès de son En attendant Godot – deux ans de tournée partout en France –, le metteur en scène a choisi Iphigénie en Tauride pour ouvrir la saison du Théâtre ­national de Strasbourg, dont il fut le directeur en d’autres temps, de 1975 à 1983. Une Iphigénie un peu particulière, qui n’est pas celle, originelle, d’Euripide, mais celle de Goethe. Selon l’expression du metteur ­­en scène lui-même, c’est une ­ « Iphigénie des Lumières » qu’il magnifie ici, avec cette pièce écrite par le géant allemand entre 1778 et 1802, en deux versions, l’une en prose et l’autre en vers. Bernard Chartreux, l’indispensable alter ego de Jean-Pierre ­Vincent, signe, en compagnie d’Eberhard Spreng, une nouvelle traduction des deux textes (publiée à L’Arche éditeur), qu’il a habilement fondus en un seul pour offrir une version qui concilie la poésie et l’efficacité théâtrale.

(…)Toute la pièce – ou plutôt le poème dramatique – est ainsi dans le combat éternel des forces des ténèbres et de celles des lumières. Elle élève une statue à une femme, Iphigénie, qui lutte avec les armes de la parole contre le pouvoir masculin ­guerrier, quand il n’est pas barbare, ou fou.

goethe

 

Pensée et sentiment qui mènent, bien sûr, vers des rivages très actuels, où s’échouent des douleurs aussi tragiques que celles des héros antiques.(…)

Iphigénie en Tauride, de Goethe. Mise en scène : Jean-Pierre Vincent. Théâtre national de Strasbourg. Tél. : 03-88-24-88-00 Du mardi au samedi à 20 heures, jusqu’au 24 septembre, et dimanche 25 septembre à 16 heures. De 6 € à 28 €. Puis tournée à Lille, Marseille, Belfort, Caen, Genève (Suisse) et Paris au Théâtre de la Ville, du 23 novembre au 10 décembre. www.tns.fr

 Fabienne Darge (Strasbourg, envoyée spéciale)
  • Journaliste au Monde

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/scenes/article/2016/09/16/jean-pierre-vincent-ramene-iphigenie-sur-nos-rivages_4999036_1654999.html#eSJJ76oxwIXVMuzv.99

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Commémorer la traite, l’esclavage et leurs abolitions
Le 10 mai est la “journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition” depuis 2006. La France est le premier État et demeure le seul qui, à ce jour, ait déclaré la traite négrière et l’esclavage “crime contre l’humanité“. Elle est également le seul État à avoir décrété une journée
Une Saison graphique fête ses 10 ans ! Une Saison Graphique est une manifestation annuelle consacrée à la création graphique contemporaine, regroupant plusieurs événements répartis dans différents lieux culturels du Havre et de sa région. Chaque année, entre les mois de mai et juin, l’évènement Une saison graphique propose expositions, rencontres, ateliers, conférences, concerts et
7eme grande conversation – Carte blanche à François Delaroziere
L’art dans les rues, la ville transformée Le vendredi 13 avril prochain, l’association MCH recevra François Delaroziere, directeur artistique de la Cie la Machine. Il aura carte blanche, à la bibliothèque Oscar Niemeyer, à 18h 30. L’entrée sera libre. Il parlera de sa démarche, de sa collaboration avec les artistes, les techniciens et les décorateurs qui
10 MN CHRONIQUE – VIVACULTURE – sur Ouest Track.com, le dimanche à 11h
A retrouver sur notre site www.asso-maisondelaculture.fr dans Actualités / Rubrique des spectateurs 2017 14 mai : Une ville qui fait rêver le monde, exposition Los Angeles, à Lyon 28 mai : histoires de musées 11 juin : faire la fête, les 500 ans du Havre 25 juin : Une série culte : Le prisonnier. 09
Razzia, un film de Nabil Ayouch  Ou l’art de se tromper de colère.  1982. Un instituteur renonce à ce qui fait sa joie : enseigner aux enfants la beauté du monde. L’arabisation forcée exerce sa violence religieuse jusque dans ces superbes montagnes reculées de l’Atlas marocain, et les écoliers kabyles, magnifiquement filmés, n’y comprennent plus rien.
Apéro des spectateurs du 20 mars 2018 au Monte-Cristo
C’était un petit apéro de printemps mardi, agréable et sympathique. Comme on n’était que 4 (Isabelle, Liliane, Sylvette et moi) on a pris le temps de bavarder. Sylvette était curieuse de savoir ce qu’on avait pensé de sa soirée aux Yeux d’Elsa consacrée au Printemps des poètes. Liliane qui aime beaucoup cet endroit pour l’ambiance

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...