19ème RDV de l’histoire à Blois : PARTIR du 6 au 9 octobre 2016

partir

CONFÉRENCE INAUGURALE

PARTIR : LE PROPRE DE L’HOMME DEPUIS

2 MILLIONS D’ANNÉES

 
VENDREDI 7 OCTOBRE DE 19H30 À 20H30 –
HÉMICYCLE DE LA HALLE AUX GRAINS
Pascal Picq est paléoanthropologue et maître de conférences du Collège de France associé à Yves Coppens. Après une thèse à l’Université Paris VI et des études post-doctorales à l’Université Duke, il introduit l’éthologie dans le champ de l’anthropologie évolutionniste et engage une réflexion sur la contribution de la paléoanthropologie aux enjeux de notre société (laïcité, diversités, développement durable, santé). Il collabore également
avec le monde économique et social ainsi que les entreprises sur les questions d’adaptation, de management de groupe et d’innovation.
 
Editoriaux :
QUE PARFOIS L’ENVIE DE PARTIR EST FORTE !
L’envie de s’évader vers des horizons plus souriants est
par moments bien légitime face à un monde si troublant,
au terrorisme barbare, à une Europe qui semble se
déliter, aux extrémistes religieux qui tentent d’imposer
à l’humanité leurs visions du monde issues d’esprits dérangés, face au retour en force des nationalistes flanqués de leurs idées simplistes et de leur univers rétréci.
De fait, le besoin d’histoire ne s’est jamais autant fait sentir,
cette histoire qui permet de mieux comprendre, de relativiser, de replacer dans le contexte de la longue durée. L’histoire qui invite à réaliser que finalement il n’y a pas grand chose de neuf sous le soleil, que les hommes ont toujours persécuté les minorités, que le fanatisme
religieux a toujours engendré le malheur et le sang si on lui laisse la bride sur le cou et que les populistes et les démagogues ont toujours su jouer des peurs pour
arriver à leurs fins tragiques.
 
Mais l’histoire enseigne aussi que l’homme a la capacité de surmonter ses errements, que la raison sait triompher de l’obscurantisme et que le terrorisme a toujours échoué à terme. L’histoire, par les exemples qu’elle nous donne, encourage la foi en l’homme et en sa faculté de résilience. Elle nous encourage à regarder l’avenir avec confiance avec le progrès pour boussole.
Le besoin d’histoire et de ses enseignements est d’autant plus grand que la période est troublée, incertaine. Nous avons besoin d’histoire mais nous avons aussi et surtout besoin d’idées, d’échanges, de controverses afin de forger des solutions et des perspectives pour le bien vivre ensemble.

Francis CHEVRIER

Créateur et directeur des Rendez-vous de l’histoire

PARTIR

Nous avons choisi le plus court des titres, cette année. Un verbe seulement, mais imposant au regard, aussitôt, sa richesse. La douceur du rêve s’y mêle au plus cruel des arrachements vers l’exil, les espérances heureuses au plus brutal des émigrations qu’infligent les drames collectifs.

Avec, quelque part, entre le pire et le meilleur, tout l’éventail
des voyages multiformes, qu’ils soient d’études, de vacances ou de noces, les pèlerinages, religieux ou politiques, les
évangélisations lointaines, les croisades et les colonisations, et jusqu’au long effort pour s’extraire de notre planète, vers la Lune, Mars ou plus loin encore : l’imaginaire étant présent partout, romanesque, théâtral, artistique ou poétique, installant ce halo de mystère qui nimbe souvent — voyez Rimbaud— les départs et les déracinements.
 
Nous rencontrerons les personnages les plus pittoresques, découvreurs et conquérants, missionnaires et aventuriers, amazones et exploratrices. Nous irons jusqu’aux turbulences du militaire et du civisme : abandon de poste par les soldats ou renoncement des hommes d’État, de Charles Quint à Charles de Gaulle. Nous aborderons, métaphoriquement, à la profusion de toutes les
transes et de tous les égarements calculés – puisqu’on peut aussi, paraît-il, partir sans bouger…
Selon notre vocation, nous parcourrons la longue durée des
siècles, pour débusquer les ressorts des migrations de toute
sorte : famines, épidémies, conflits armés, mutations écologiques, violences cléricales.
 
Partout il y aura des enthousiasmes et des haines, des tendresses et des rejets, des passions et des nostalgies ; il y aura les refus proclamés de l’Autre, les forces conjuguées pour son départ, comme aussi le désir de l’attirer ; il y aura du sang et des larmes, des amours heureuses et des démographies compliquées. Les frontières, les remparts, les barbelés affirmeront, en négatif des envols, leur dureté quotidienne et symbolique. La vie affluera de toute part. Ce sera l’Histoire.
Jean-Noël JEANNENEY
Président du Conseil scientifique des Rendez-vous de l’histoire
http://www.rdv-histoire.com/sites/default/files/fichiers/programme_des_rvh_2016.pdf

A BLOIS : Un lieu d’échanges

Il s’agit de créer un lieu de rencontre privilégié où chaque année les historiens peuvent se retrouver afin d’exposer l’état de leurs réflexions, de présenter leurs travaux et de confronter leurs points de vue dans le but de concourir au progrès de la recherche et de la connaissance historique. Il importe également que les Rendez-vous de l’histoire soient une manifestation populaire. Il faut que chacun puisse assouvir sa curiosité, trouver matière à s’instruire mais aussi à se divertir. Ainsi, les Rendez-vous de l’histoire ont pour vocation de devenir un lieu unique et privilégié d’échanges, de discussions, et de divertissement entre les historiens et le grand public. http://www.rdv-histoire.com/le-festival/propos-du-festival

       

A propos de l'auteur

Présidente de la MCH

Ajouter un commentaire

Rubrique des spectateurs

 
Portrait fragmenté
George Sand, Aurore Dupin, fragments d’intimité Isabelle Krauss est George Sand. On connait la romancière auteure de plus de soixante-dix romans, cinquante volumes d’oeuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques. Aurore Dupin est devenue George Sand. A une époque où les femmes étaient sous la tutelle d’un
L’Histoire en chansons
Chat noir Ces comédiens, chanteurs, danseurs sont alertes, vifs, souvent drôles. Ils ont étudié précisément les documents, et composent une reconstitution historique. Ils nous invitent à pousser la porte d’un cabaret mythique Le Chat noir ouvert par Rodolphe Salis entre 1882 et 1897. Le créateur applique une nouvelle formule avec poètes, musiciens, chansonniers, peintres. Fantaisie,
Dieu est un chômeur de plus
Le CV de Dieu Le choix des comédiens est capital. C’est une lapalissade, mais si Dieu n’était pas interprété par JF. Balmer, la pièce de Jean-Louis Fournier n’aurait pas la même saveur.  On l’a vu au cinéma, à la télévision, au théâtre. Il a joué Louis XVI, Richard Wagner, Henry IV, Racine, Malesherbes, Georges Pompidou…C’est
Le comédien est un boxeur
L’effort d’être spectateur Pendant un long moment Pierre Notte a des gants de boxe : une sorte de Prométéo à la Rodrigo Garcia, mis en scène par François Berreur,  vu au Volcan, au Havre, il y a plusieurs années. Prométéo, le Titan qui a donné l’art aux hommes  : « Comme le boxeur, qui se relève
L’homme qui a des amis n’est pas un raté
La vie est belle On pourrait s’étonner qu’une compagnie adapte au théâtre le film La vie est belle de Franck Capra, avec James Stewart, d’après The greatest Gift, une nouvelle de Philip Van Doren Stern. Ce film d’après-guerre, 1946, est devenu un classique projeté à Noël, adoré par les américains et par les cinéphiles. La
Une rencontre
Une chambre en attendant Son fils est parti « faire le djihad ». Il a 20 ans. Depuis, son père dit qu’il est parti en voyage. Dans une chambre d’hôtel à la frontière turco-syrienne, il attend, son fils l’a appelé pour rentrer. Il est venu et il tourne en rond.               

La MCH sur Facebook

 
Nos bons plans
sur notre sélection de spectacles ...
Coups de coeur
Les événements à ne pas manquer...
J'adhère à la MCH
Téléchargez le bulletin d'adhésion ...
Créer un profil
pour soumettre mes événements ...